Le colza-fourrage

La grande majorité des surfaces sont semées en juillet-août et sont pâturées ou récoltées en octobre-novembre.

Dans bien des cas, le colza-fourrage permet aux éleveurs de disposer de fourrage vert à une période, l'automne, où les prairies et les autres plantes fourragères ont du mal à produire.
Grâce à leur résistance (?) au froid, certaines variétés peuvent être semées à l'automne pour récolte en fin d'hiver ou tôt au printemps.


Facile à réussir, le colza-fourrage s'adapte au semis direct sur chaumes.

Quels sont les avantages et les limites du colza-fourrage ?

Le cycle de végétation du colza est très court : suivant les variétés, 60 à 80 jours suffisent après le semis pour récolter 4 à 5 tonnes de matière sèche à l'hectare.
Le colza-fourrage s'intercale donc très bien entre deux cultures principales ; il est même utilisable en engrais vert pour améliorer la structure du sol.

Le colza-fourrage donne du vert en automne, quand la plupart des plantes fourragères ont du mal à produire : les animaux peuvent donc rester au "régime vert", ce qui est bénéfique pour leur santé. De plus, les réserves de foin ou d'ensilage sont préservées car les retours en stabulation ou en étable sont plus tardifs.

Le colza-fourrage est riche en matières azotées digestibles : 0,85 UFL (?) et 140 g de MAD (?) par kg de MS., teneurs minimum au stade "feuillu", à l'âge de 70 à 90 jours ; de ce fait, il permet d'économiser une partie des concentrés achetés à l'extérieur.

Le colza-fourrage est une culture facile à réussir et peu coûteuse : il demande peu de travail du sol et s'adapte même bien au semis direct ; il est peu exigeant en fumure.

Le colza-fourrage piège les nitrates. En occupant le sol en automne et en hiver, saisons pluvieuses, il permet de lutter contre la pollution des nappes phréatiques.

Il faut limiter la part du colza à 40 % de la matière sèche totale de la ration, et cela quelle que soit l'espèce animale. En fait, le colza-fourrage est un remarquable complément de l'ensilage de maïs qui, lui, est relativement pauvre en matières azotées digestibles (45 g/kg de M.S.).

Le colza-fourrage demande à être bien exploité ; en pâturage au fil, il faut disposer d'un front d'attaque suffisant et d'un sol portant : en ensilage, le colza doit être bien ressuyé pour éviter un trop fort écoulement des jus au silo.


Le colza-fourrage peut donner une récolte abondante en 60 jours.


^ Haut de page     Page suivante >